Népal – J17 – Trek 13 – Annapurnas – Chame – Upper Pisang.

Share Button

25 Novembre 2012 – Chamé (2670 m).

8°C dans la chambre au réveil à 6h15. La nuit a été très bonne et j’ai dormi comme  un bébé. La mauvaise journée d’hier n’est plus qu’un mauvais souvenir.

Après un léger petit déjeuner, un pancake au miel et un thé, nous partons à 8h dans Chame. Chame est la capitale du district de Manang. Capitale, ça veut dire une banque, une poste, de nombreuses boutiques, des dizaines de guesthouses et cinquante habitants au total ! Un gros village où les occidentaux peuvent trouver tout ce qui est nécessaire à leur bonheur : internet, pâtisseries, matériel de montagne de contrefaçon et des produits énergétiques pour trekkeurs.

A 8h30 nous entamons réellement la marche vers Upper Pisang. A la sortie du village, nous avons une superbe vue sur le Lambung Himal qui culmine à 6983 m.

Nous suivons la route/piste (créée à coups de dynamite) jusqu’à Bhratang (2850 m). Nous croisons de très nombreux porteurs lourdement chargés de poutres en bois, pièces de charpente pour la construction de lodges. Ils sont obligés de traverser le village en marchant en crabe, la largeur des poutres dépassant la largeur de l’unique passage du village !

Pendant que les porteurs filent par la piste, plus plate, nous prenons un sentier avec traversées de ponts en bois (aux formes parfois bizarres).

Puis le sentier grimpe fort jusqu’au hameau de Dhukure Pokhari à travers une forêt de pins agréablement odorante.

Dhukhure Pokhari (3060 m) est atteint à 12h15 et se trouve sous l’Annapurna II (7937 m) que nous voyons en contre-jour.  Nous y ferons la pause déjeuner avec au menu pâtes, patates et morceaux de thon et une petite salade de fruit au sirop en dessert.

Face à notre restaurant, un lodge flambant neuf est en cours de construction. Des charpentiers, maçons s’affairent sous le regard du maitre d’oeuvre. Au cours des dernières décennies, le Népal a encouragé le tourisme de masse en laissant, pour l’essentiel, l’initiative au secteur privé. L’activité touristique a eu certes un impact positif sur l’économie mais en même temps, des effets beaucoup moins favorables sur l’environnement, les populations et leur culture. Contrairement au Manaslu ; région très rurale et préservée, dans les Annapurnas je n’ai vu aucun vrai paysan. Le tourisme de masse a affecté ici les modes de vie traditionnels des populations. Les hommes, qui autrefois cultivaient les champs et s’occupaient des troupeaux de yacks, se sont convertis en guides ou porteurs. Les jeunes ont quitté les villages pour pratiquer aussi les métiers de la montagne. Les femmes sont devenues aubergistes ou bien tiennent des maisons de thé.

14h30, nous arrivons à notre étape du jour, Upper Pisang (3300 m).

 Le lodge a une vue imprenable sur l’Annapurna II. Je profite de l’après-midi pour faire une nouvelle lessive et écrire des cartes postales sans oublier d’admirer  les montagnes : peu de nuages, journée parfaite !

Dîner à côté du poêle : succulents momos et frites et ananas au sirop en dessert.

Résultat : 5 heures de marches, dénivelé positif + 1350 m dénivelé négatif -350 m – Premières vues de l’Annapurna II

Share Button

Vous aimerez aussi :

Ce contenu a été publié dans Blog, Népal, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *