Népal – J16 – Trek 12 – Annapurnas – Tilche – Chame.

Share Button

24 Novembre 2012 – Tilche (2300 m).

Une nuit horrible : à minuit, je suis prise de nausées et d’un mal de ventre carabiné. Le dîner ne passe visiblement pas. A 5h, je finis par aller aux toilettes. Résultat : une belle diarrhée et toujours ce mal de ventre carabiné.

A 6h30 au lever, je n’ai pas faim du tout. Françoise, ma camarade de chambre se propose de m’apporter une tasse de thé, pendant que je reste au lit avec la couverture prêtée par le propriétaire du lodge (le duvet est déjà rangé dans mon sac de portage prêt à partir pour Chamé). Un de mes comparses est aussi malade (pb d’hygiène dans le lodge ?).

C’est une journée qui commence mal car aujourd’hui est justement le jour de jonction entre la région du Manaslu et celle des Annapurnas.

Je décide tout de même de marcher et à 8h nous quittons Tilche. Je ne me sens pas trop mal malgré ce mal de ventre bien handicapant.

Nous effectuons une longue descente toute tranquille le long de la rivière Dudh Khola. Les sommets sont loin derrière nous et nous traversons par un long pont suspendu une dernière fois la Dudh Khola et atteignons Tonje (1965 m) à 9h15.

Des femmes égrainent en groupe du maïs et les grains sont stockés ensuite dans un silo en bois.

La Dudh khola est un affluent de la Marshyangdi Nadi et vient s’y jeter à Dharapani à 1860 m.

Nous franchissons un deuxième pont, celui qui officiellement nous fait entrer dans la région des Annapurnas.

Au revoir Manaslu, bonjour Annapurnas !

Une montée raide, juste après le second pont, m’achève sur le plan physique, et je suis prise d’un malaise vagal. J’ai du être une belle attraction pour les touristes ! )

Ashok m’installe dans une chambre d’un lodge tout proche, et enfin j’ai pu vidé mon estomac (désolée pour le côté gore mais c’est ainsi !). C’est la soupe avec les morceaux de viande que j’ai rendue.

Me sentant bien mieux maintenant, je veux reprendre le sentier et rattrapper les autres partis pour Chamé.

Ashok me l’interdit et décide de trouver une jeep pour monter directement à Chamé. Françoise est restée alors que je l’a croyais partie aussi. J’en suis toute surprise, infirmière anesthésiste de profession, elle est aux petits soins pour moi en m’apportant du coca dégazéifié. Mon comparse malade se surpassera tout au long de la montée, chapeau Jean-Louis !

La jeep est annoncée à 14h30. De ce fait, j’ai pu enfin dormir et récupérer de ma nuit cahotique.

14h30, avec Ashok et Françoise, nous nous rendons au check-point de Dharapani, lieu où nous devons attendre la jeep.

Ici tout change, sentier plus large, boutiques plus attrayantes et nombreux lodges confortables …. Nous venons de rejoindre l’itinéraire du tour des Annapurnas avec ses nombreux touristes et trekkers.

La jeep arrivera à 15h30, bondée !!! 4 personnes se trouvent à l’arrière avec un écran plat sur les genoux, le hayon arrière (style pick-up) est plein de provisions, matériels, ustensiles … et devant, le conducteur et le siège passager. Avec Françoise, nous prenons le siège passager, en se contortionnant du mieux possible pour éviter les crampes. Ashok, lui, s’aggrippera à la portière sur le marche pied à l’extérieur jusqu’au prochain village où 2 personnes descendrons.

Puis nous nous retrouvons à 10 (7 personnes à l’intérieur, 4 à l’extérieur), complètement loufoque comme situation  !!

Le conducteur népalais, Dharma, est très précautionneux avec sa Mahindra 4*4. Il fait tout pour éviter de nous secouer dans tous les sens, la piste est très abîmée, sans parler du passage de gué sous une cascade en furie et le précipice de l’autre côté.

Au fur et à mesure de la montée (20 km entre Dharapani et Chamé), nous traversons de nombreux villages très fleuris: roses, oeillets, dalhias … les fleurs sont au diapason.

Lors du passage de gué avec la cascade au-dessus de notre tête, je me demande comment nos compagnons ont pu franchir cet obstacle. L’eau dévalle la piste sur plusieurs mètres et il y a peu de cailloux où mettre les pieds au sec !

En prenant de l’altitude, la végétation change, nous retrouvons la forêts et les terrasses cultivées.

17h30, à la tombée de la nuit et après 2 heures de route, nous atteignons Chamé (2670 m).  Je paye la course 2500 roupies pour 3 personnes (soit 21 Euros environ) et Ashok ne veut pas que je lui rembourse la chambre et leur déjeuner de ce midi.

Djeet, nous attend devant le lodge, et vient quérir de mes nouvelles tout comme le reste du groupe. Il nous dirige de suite vers le réfectoire où un Lemon Tea nous attend. Un petit poêle trône au milieu de la pièce. La propriétaire vient régulièrement mettre quelques crottins de yacks dans le foyer.  Je me sens bien mieux et commence même à avoir faim, ce qui est bon signe …

Le dîner étant à 19h, je me repose dans ma chambre enmitoufflée dans mon duvet en écrivant ce récit.

J’aurais préféré bien évidemment faire cette marche, mais il a fallu à contre-coeur se résigner.

Au dîner, une simple assiette de pâtes nature. Nous avons le lodge entier rien que pour nous. Ashok a su, par d’autres guides et sherpas de passage à Chamé, que dans le lodge où nous étions à Tilche, plusieurs trekkeurs ont été malades. Alors virus ou problème d’hygiène sur la préparation des repas, mystère !?! Jean-Louis est encore tout barbouillé.

Ashok a redessiné le parcours. Chamé à la place de Timang aujourd’hui et demain Upper Pisang au lieu de Dukhure Pokhari, ceci afin d’avoir du temps libre à Manang dans 2 jours.

Au lit à 20h.

Résultat : 1h30 de marche entre Tilche et Dharapani suivi d’un évanouissement – dénivelé positif + 50 m, dénivelé négatif – 400 m et le reste de la piste en jeep (+ 820 m).

Désolée, pas de vidéos ni de photos de la montée en jeep, j’étais écrasée par Françoise sur le siège avant :o)

Share Button

Vous aimerez aussi :

Ce contenu a été publié dans Blog, Népal, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge