Mongolie – J16 – Route pour le lac Khovsgol (1)

Share Button

« Mange pour toi le matin, partage à midi avec tes amis et donne ton diner à ton ennemi. » Proverbe mongol

La nuit a été fraiche et le ciel est très nuageux lorsque nous partons après avoir plié les tentes et pris le petit-déjeuner.

Nous remontons une partie du lac blanc pour entamer la dernière ligne droite de notre remontée vers le nord de la Mongolie en direction du lac Khovsgol et ce sur 2 jours.

Après 3 heures de route sur des pistes plutôt bonnes et après plusieurs passages de cols et de vallées verdoyantes, nous atteignons Jargalant.

A la sortie de ce petit village pour passer la rivière Ider ; qui signifie « Vigoureuse » ; nous devons traverser un énorme et long pont en bois. Plus l’on s’approche, plus l’on s’aperçoit que le pont est …

… disloqué, désarticulé, de travers !!!

Les superlatifs manquent mais si on devait le définir en un seul mot je dirai qu’il est bringuebalant !!!

Lala nous demande de descendre du van et de traverser le pont à pied. Le pont mesure une cinquantaine de mètres et un de ses piliers est cassé. Les autres piliers ont encore leur tôle de protection permettant de casser la force de l’eau. Nous ne sommes pas rassurés du tout lorsque nous marchons dessus.

Au tour des vans de traverser ; on a vraiment l’impression que les conducteurs jouent leur vie à la roulette russe.

Après ce petit passage insolite, nous poursuivons notre bonhomme de chemin parmi la nature mongole si belle à voir de par sa diversité. Des forêts, des plaines, quelques cols … On ne se lasse jamais.

A l’heure de midi, alors que nous approchons de notre halte du jour à Shine Ider, nous nous mettons en quête d’un coin pour pique-niquer.

Soudain, un nuage de poussière se présente devant nous en montant vers un col. Nous apercevons un énorme déménagement d’une famille mongole : 1300 moutons, une quarantaine de chevaux et une cinquantaine de yacks ; dont 8 attelés et transportant les yourtes familiales. Le tout emmené par une famille de 9 personnes accompagnée de 2 garçons domestiques. Les grands-parents avec un bébé d’à peine un an sont à moto, les enfants et les domestiques eux sont à cheval. C’est impressionnant à regarder tant la taille du bétail est importante : 2 cavaliers pour le troupeau de  moutons, 2 cavalières pour les chevaux et 2 cavalières pour guider les yacks.

Nous remontons vite dans nos vans, les doublons et décidons que juste avant le col nous nous arrêterons et inviterons cette famille à partager notre pique-nique.

Nous partageons nos victuailles avec les parents pendant que les autres membres allaient et venaient en fonction de l’avancée du troupeau. Ils étaient heureux que l’on s’intéresse à leur mode de vie. Combien de fois vous déménagez dans l’année ? Combien de bêtes avez-vous ? …

La petite fille nous regarde complètement intriguée. Sa grand-mère nous dit que c’est la première fois qu’elle voit des touristes. Le grand-père est très précautionneux avec l’os de chèvre que nous lui avons donné. Il prend soin de ne pas entailler l’os lorsqu’il retire les morceaux de viande ou de cartilage. Pour rappel, Chez les mongols, il ne faut pas casser ou couper les os.  Préserver l’intégrité des os d’une bête, comme de l’humain, permet la réincarnation de l’âme.  Il partage ensuite tous ces petits morceaux avec chacun d’entre nous et sa famille.

Sommes-nous dans un autre monde ? Un pur sentiment de Bonheur nous enveloppe tous. Quel beau partage et quelle belle émotion !!!

Nous sommes restés ainsi 2 heures sur place, nous devons les laisser repartir car ils ont encore 50 km à parcourir avant de rejoindre leur nouveau campement. Le temps de ranger notre table et les chaises de pique-nique, qu’ils ont déjà dévalé le col et la plaine suivante.

Notre journée est devenue exceptionnelle avec cette rencontre impromptue et toute simple.

A 15h nous atteignons Shine Ider, les chauffeurs décident de poursuivre la route afin de se rapprocher le plus possible de notre destination, le lac Khovsgol. La route sera encore longue demain alors on essaye de gagner du temps.

Le vent souffle fort, nous sommes  à environ 2000 – 2 200 mètres d’altitude. L’équipe pense même à chercher une yourte pour la nuit mais finalement vers 19 heures nous trouvons un superbe coin à la lisière d’une forêt de mélèzes. On sent que la nuit sera fraîche et humide mais nous ne voulons pour rien au monde rater ce paysage.

 Senghé étant légèrement malade, part se coucher dans son van sans avoir même dîné.

Nous dînons sous la tente-Mess lorsque soudain Senghé hurle en mongol depuis son camion. Jargal nous traduit instantanément : « Il y a un loup ! ». Nous sommes tous perplexes avec nos plats dans les mains. « Il y a un loup ! ». Nous décampons de la tente en un quart de seconde.

Senghé nous montre du doigt la direction. En effet  à 150 m de nous, un beau et gros loup blanc court le long de la lisière du bois. Il s’arrête même un court instant et repart pour disparaître.

Décidément cette journée aura été magique : le pont, le déménagement et maintenant le loup ! La Mongolie est vraiment un très beau pays qui nous réserve de très belles surprises lorsque l’on prend le temps de vivre l’instant présent sans plan de conduite toute tracée.

Nous retournons les yeux brillants dans la tente-Mess et terminons notre dîner.

La route est encore longue demain et le départ est fixé à 8h. Il fait froid dehors à cause du vent glacial qui souffle et nous nous couchons rapidement.

 

Cela fait déjà trois ans mais cette journée laisse une trace indélébile au plus profond de moi-même encore aujourd’hui tant l’émotion fut forte. Impossible d’oublier, il suffit que j’y pense et j’en ai encore la chair de poule !!! 

Suite du récit : J17/ 26 Juillet 2009 – Route pour le Lac Khovsgol (2) 

Share Button

Vous aimerez aussi :

Ce contenu a été publié dans Blog, Mongolie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge