Mongolie – J6 – Désert de Gobi – Dunes de Khongor Els

Share Button

Une petite bruine nous accueille au réveil en ce 6ème jour de notre  voyage.

Cela durera le temps de plier la tente et de petit-déjeuner : œufs brouillés avec des oignons (un régal !).  Dès que nous démarrons notre marche matinale, le soleil revient. Nous croisons de nombreux campements de yourtes entourées d’enfants sautant à la corde, les chevaux attachés pendant que les adultes vaquent à leurs occupations.  Et nos vans nous rejoignent pour 200 km et 5 heures de trajet.

Sur la route, la chaleur est accablante et écrasante. Nous buvons en moyenne 2,5 litres d’eau par jour. Alors que nous sommes à la recherche d’un lieu pour pique-niquer, nous avons notre premier pépin :  un de nos vans crève.  Pas de souci, il y a tout ce qu’il faut pour réparer.

Le réseau routier mongol est très peu développé, les pistes ne sont généralement que de simples traces faites à l’usure de la gomme du pneu des véhicules qui vous ont précédés. Il y a très rarement une route goudronnée entre deux villes mais il y a toujours une trace qui les relie. Et de temps en temps des poteaux électriques  suivent les pistes et sont le signe qu’il y a un village non loin.

Miga nous fait tous les jours d’agréables surprises. Alors que nous n’avions rien demandé, car nous savons qu’il est très difficile de trouver des légumes et autres mets ;  il se fait un devoir de nous servir des repas différents tous les jours avec ce qu’il trouve à chaque arrêt dans les rares villes/villages.

Nous arrivons dans un petit hameau. Miga s’adosse au mur d’un bâtiment avec tout son attirail pour préparer le déjeuner alors qu’il fait 35°c à l’ombre.

Nous en profitons pour nous rafraîchir au puits entourées de chèvres. Des enfants viennent à notre rencontre. Senghé leur demande de nous rapporter de l’aarrul, le fameux fromage mongol qui sèche sur le toit des yourtes au soleil jusqu’à parfois devenir aussi dur qu’un caillou et consommé en hiver par les Mongols.  Cela a bien le goût caractéristique du crottin de chèvre que nous avons en France mais beaucoup plus âcre.

A 15 heures, nous apercevons enfin les premières dunes.

Nous atteignons le camp « Gobi Discovery »  en fin de journée situé au cœur du parc national de Govïïn Gurvan Saïkhan. C’est un camp d’une quarantaine de yourtes que je  qualifierai de luxe (il y a des douches, des toilettes et un petit commerce) et bien sûr il n’y a que des touristes !

Nous y séjournerons 2 nuits et en profitons donc pour prendre une bonne douche chose que  nous n’avons pas faite depuis Ulaan Baatar et laver quelques affaires.

Chaque yourte possède 3 lits et c’est très spacieux !

A 19 heures, nous offrons l’apéritif avec cette fois-ci un demi-litre de bière mongole pour tout le monde (9 bouteilles d’un litre = 30 000 Tugriks soit environ 16 Euros).

Le paysage aux alentours est très brumeux à cause de la chaleur.

Nous mangeons au restaurant du camp (et bien sûr c’est beaucoup moins bien que les repas de Miga). Il y a un peu de viande en sauce, du riz en plat principal, e, entrée une petite salade de pâtes avec des tomates et des œufs en miette et au dessert …  des biscuits type barre chocolaté, no comment !

A peine nous nous couchons, le vent se lève. Sans le savoir, n’osant pas ouvrir la porte tant le vent souffle fort, nous subissons une grosse tempête de sable et cela durera une bonne partie de la nuit.

Suite du récit : J7 / 16 Juillet 2009 – Désert de Gobi – Dunes de Khongor Els

Share Button

Vous aimerez aussi :

Ce contenu a été publié dans Blog, Mongolie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge