Ladakh – Delhi

Share Button

Vendredi 21 Septembre 2007

Delhi

Nous faisons une grasse matinée jusqu’à 10 heures puis partons pour une journée de visite de Delhi avant de rejoindre directement l’aéroport international en fin de soirée.

Old Delhi est une véritable fourmilière surpeuplée. Tout y est encombré. Voitures, rickshaws, motos, charrettes tirées manuellement et même piétons se retrouvent parfois bloqués.

La voiture nous dépose au pied de la Jama Masjid, mosquée du vendredi, une des plus grandes du monde. C’est, avec le fort rouge, la plus importante construction moghole d’Old Delhi. Elle se distingue par le fait qu’elle est surelevée par rapport au niveau de la rue. Deux escaliers permettent d’y accéder, l’un du côté nord, pour ceux qui viennent de Chandni Chowk,  et l’autre du côté sud. Une fois là-haut, on se déchausse. La cour immense est pleine de monde. Au centre, un grand bassin, et sur le côté occidental, la salle de prière. Derrière une grande façade à arcades surmontée de trois coupoles bulbeuses, c’est plus un naos ou vestibule abritant le mihrab (niche indiquant la direction de la Mecque), qu’une salle de prière à proprement parler. Ici on prie dans la cour. Des lignes y sont tracées au sol afin de permettre aux fidèles de se disposer pour la grande prière du vendredi. D’ailleurs dans quelques minutes l’appel à la prière va retentir et nous devons quitter les lieux rapidement.

Nous rejoignons l’immense bazar de Chandni Chowk.

Chandni Chowk est un endroit saturé de tout. Des rickshaws, des chars à boeufs, des piétons, des marchands ambulants, des prêtres jains qui balaient l’entrée d’un temple et des mendiants. Lorsqu’on est immergé dans ce lieu, on ne sait pas où poser les pieds. Cet endroit est très sonore, avec les tintamarres de klaxons et les marchands qui ne cessent de vous interpeller. Mais il est aussi visuel avec toutes les échoppes colorées, les façades décrépies couvertes d’enseignes clinquantes, de panneaux publicitaires. Contrairement aux apparences, ce chaos est parfaitement organisé. Dans une rue adjacente nous sortons de Chandni Chowk pour entrer dans un de ces bazars, sur la gauche (le fort rouge est derrière nous).

C’est celui des bijoutiers. Un interminable marché de l’or où les parures rutilantes remplissent les vitrines des échoppes. On trouve, non seulement des bijoux, mais également tous les accessoires ayant un rapport avec la bijouterie. Les bijoutiers vendent et achètent. Il faut savoir que l’Inde est un des plus grands consommateurs d’or au monde. Les familles indiennes se doivent de fournir à leur fille une dot composée de parures d’or. Les bijoux d’une femme, c’est pratiquement tout ce qu’elle possède, c’est son capital en quelque sorte.

Qui dit bijoux dit mariage ! Ça tombe bien. A l’opposé du marché de l’or, se trouve Kinari Bazar, le marché des articles pour mariages. Bienvenue dans le royaume du kitsch et des couleurs !  ça scintille de partout !!  Vous trouverez tout ce que l’Orient produit comme vêtements et accessoires bariolés: robes de mariées et autres vêtements de cérémonies, luminaires, guirlandes. On est pris dans un tourbillon, on ne sait plus où regarder. Vers le ciel ? En levant les yeux on aperçoit les poteaux et les câbles électriques tissés dans un enchevêtrement tel que je me demande comment tout cela continue à fonctionner ?

La visite de la ville est assez pénible compte tenu du climat. Il y fait très chaud, très humide et surtout le soleil tape fort. La crème solaire est de rigueur tout comme la bouteille d’eau pour se réhydrater.  Après le bazar, nous nous dirigeons vers le Fort Rouge.

Cet ensemble fortifié était le lieu de résidence des sultans et de leur cour. On y entre aujourd’hui par la porte de Lahore, un endroit bondé ouvrant sur une galerie où officient des marchands de souvenirs. Derrière ces murs massifs de couleur rouge auxquels il doit son nom, le fort est un ensemble de jardins suspendus agrémentés de bassins, dans lesquels sont plantés des pavillons d’audiences. Le parcours va du grand au plus petit, du plus public au plus privé. On commence par l’imposant diwan i’am, salle à colonnes ou siégeait le souverain lors des audiences publiques, pour finir au diwan i’khass, petit pavillon en marbre blanc à la décoration raffinée dans lequel le souverain ne recevait que ses conseillers les plus proches. La promenade permet de découvrir les subtilités infinies de l’architecture moghole comme les moucharabiehs en marbre blanc donnant un effet de dentelles et les plafonds incrustés de pierres fines.

Après le déjeuner dans un restaurant que je qualifierai de frigorifique (véridique, la climatisation était à fond !!!) et où nous avons aussi retrouvé l’autre groupe, nous avons quartier libre toute l’après-midi.

Nous décidons d’aller au National Museum pour se mettre au frais.

La visite du musée est vraiment intéressante notamment les salles sur la civilisation harappa qui a marqué le début de l’histoire de l’art dans le bassin de l’Indus. Après 2 heures de visite nous sommes contraint de quitté le musée pour cause de coupure d’électricité.

Le musée est situé en bas de Janpath Avenue que nous avons remonté à pied. C’est très agréable de pouvoir flâner sur les grandes avenues. A un moment, je me suis presque crue à Paris entre l’Arc de triomphe et les Invalides. En fait, nous étions entre la fameuse Porte des Indes et le Parlement Indien.

Le temps est très lourd en fin d’après midi. A 19h30, lorsque nous arrivons au restaurant pour dîner, nous avons tout juste le temps de couvrir les bagages sur le toit de la voiture avec une bâche qu’un orage éclate avec une pluie bien drue.  Il pleuvra pendant tout le dîner.

21h30, il est temps d’aller à l’Aéroport même si nous ne décollons qu’à 2 heures du matin. Nous mettrons 1h30 pour faire 30 km. Delhi est une ville noire de monde, de bouchons, de bruit  24 heures sur 24.

Je ne vous raconte pas la fin du voyage. Si ?

Je ne vous fait pas un dessin, c’est exactement comme lorsque nous sommes arrivés le 4 Septembre dernier mais cette fois dans l’autre sens : fouilles, tampons en triple exemplaires sur tous les papiers ou cartes d’embarquement, enregistrement des bagages … On connait la chanson maintenant :o)

Samedi 22 Septembre 2007

Delhi – Paris

Décollage de Delhi à 2h du matin, arrivée à Vienne à 5 heures du matin. J’ai réussi à dormir quasiment pendant tout le vol.

Il  s’ensuit une interminable attente de plus de 6 heures dans l’aérogare pour le prochain transfert pour Paris prévu à 12h00. Manque de bol, il est retardé de plus d’une demi-heure à cause d’une grève des contrôleurs aériens à Paris.

Pour tuer le temps, nous bourlinguons dans les boutiques mais comme l’aérogare n’est pas grande on a vite fait le tour.  Nous prenons notre premier petit-déjeuner à l’européenne : personne n’ose prendre un café, nous commandons tous un thé avec un croissant. Nous prenons le temps aussi d’échanger nos adresses postales et mails. Nous lisons également les informations sur les journaux français mis à notre disposition sur la table. Mais tout cela nous semble sans importance, complètement futile. Nous avons tous conscience d’avoir changé intérieurement, que plus rien ne sera comme avant.

12h30 décollage et deux heures plus tard, arrivée à Paris.

Nous sommes tous bizarre, silencieux, nostalgique. Nous semblons perdu et nous sentons même que le retour à la civilisation moderne va nous être difficile.

Nous nous séparons, chacun de notre côté avec tristesse, en nous disant tous la même chose :

« Non, il faut qu’on retourne là-bas !!! »

———————————————————————————————————

Voilà un peu plus d’un mois que je suis rentrée en France et pourtant je suis encore là-bas.

Le Ladakh est un pays fabuleux aux gens incroyables, aux paysages grandioses.

Il laisse sur vous comme une empreinte indélébile.

Il est très difficile pour moi de vous retranscrire en mots toutes les émotions que j’ai ressenties.

C’est sûr, j’y retournerai  !!!!

                                                                         Nathalie la Globe-Troteuse, 21 Novembre 2007

Share Button

Vous aimerez aussi :

Ce contenu a été publié dans Blog, Ladakh, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge